Jean-Michel une nouvelle fois à l’honneur

Jean-Michel Céas a remporté le 9° prix du concours de Vincennes (d’importance nationale) consacré à Homo Sapiens avec ses portraits « sapés ».

Pour ceux qui veulent voir toutes les séries exposées :

> https://www.vif-photo.com/laureats2019/

C’est un succès personnel de Jean-Michel dont nous pouvons aussi être fiers, et nous savons que Jean-Michel n’est jamais avare de conseils pour nous faire tous progresser.

Vous avez dit vernaculaire ?

1er Marc Gosselin – Cabanes

Cette troisième exposition de la série des Objectifs Croisés était présentée à Clapiers, dans la salle JL Barrault qui jouxte le complexe sportif. Elle était organisée par l’Atelier Photo de Clapiers. Quatre vingt quatre photos réalisées par 50 photographes appartenant aux quatre clubs de Aigues Mortes, Baillargues, Clapiers et Saint Drezery y étaient présentées dans un cadre aéré et agréable.

Des projections réalisées par R. Maitre à partir de l’ensemble des photos soumises permettaient au public de prendre conscience de l’importance du travail de sélection aboutissant à l’exposition. Compte tenu de la position de l’exposition dans le village et des nombreuses autres activités offertes à la population, elle n’a pas reçu tout le public qu’elle aurait mérité (130 personnes sur le week-end).

2eme-Christan Picasso-Himba

Cependant, 108 personnes ont pu exprimer leur préférence pour la photo de leur choix. Sans surprise, c’est la photo de M. Gosselin (Baillargues) qui a remporté la première place avec 14 suffrages. Suivi par les photos de Héléna Solé et de Christian Picasso ex æquo avec 7 voix, puis de la magnifique cabane de berger au soleil couchant de C. Picasso. Un peloton de quatre photographes (Alberto Garcia, JC Sourdoire, D. Passeron, et S. Bretonneau) recevaient chacun 4 suffrages. Les votes restant ont été très dispersés sur l’ensemble des photos, ce qui est bien en accord avec la qualité de la sélection présentée.

Les photographes se sont séparés dimanche soir en ayant en tête le thème de la future exposition qui est « Histoire d’eau ». Elle sera présentée cet automne à Saint Drézery.

3eme-Christan Picasso-Bardenas
2eme-Helena-Sole-Echelle

Expo photo : Vous avez dit Vernaculaire ?

LES OBJECTIFS CROISÉS reviennent à Clapiers ! C’est dans la salle Jean-Louis Barrault du complexe sportif et culturel qu’ilss’installeront les 1er et 2 juin prochains. Vernissage le vendredi 31 mai à 19h.

Vous avez dit « Vernaculaire » ?
Tel est le titre de la nouvelle exposition photo consacrée à l’architecture locale que vous proposent les Objectifs Croisés des clubs photos de Clapiers, d’Aigues-Mortes, de Baillargues, et de Saint-Drézéry. Ce sont 45 photographes qui vous proposent leur visions, leurs ressentis, sur le vernaculaire.

Mais qu’est-ce que le vernaculaire ?
Alors que couramment l’adjectif vernaculaire  est associé au langage et   signifie « commun » et s’applique à une zone géographique (ou temporelle) limitée, le terme d’architecture vernaculaire est beaucoup plus récent. Il date de 1975   et a été donné par l’anglais Eric MERCER. Une encyclopédie en 3 tomes sur le sujet a été élaborée sous la direction de  Paul Oliver (Cambridge University Press). Verna/vernaculus : en latin c’est l’esclave attaché à une maison.

Le « vernaculaire » a donc 2 dimensions :
Une modeste – on fait avec les moyens du bord – on utilise des méthodes traditionnelles et des matériaux locaux.

L’autre liée à un territoire donné : méthodes et matériaux varient selon le lieu. On l’assimile assez généralement au domaine de l’auto-construction, c’est-à-dire sans architecte.

C’est ce qui nous a guidés dans l’exhumation de nos archives   photographiques issues de nos voyages proches ou lointains ou dans la véritable  « enquête » à laquelle nous nous sommes livrés en partant, appareil photo en bandoulière, à la recherche des  traces d’architecture vernaculaire.

Depuis  les capitelles du Midi jusqu’aux yourtes de la steppe chinoise, en passant par les habitations troglodytiques, les photographes présentent un large échantillon de l’ingéniosité humaine pour faire avec ce que l’on a  sous la main, pour se protéger, soi et sa famille.