L’APC visite le Musée Fabre

@René Maître

Samedi 18 Mai, nous nous sommes retrouvés à 18 photographes et associés pour suivre M. Aujaleu dans les galeries du Musée Fabre et y découvrir quelques 15 portraits et autoportraits remarquables.

La découverte de ces portraits a été guidée par un fil rouge qui va de la recherche de la ressemblance, du 15ème au milieu du XIXème siècle, à la recherche puis l’affirmation d’un style. L’intention du portraitiste prend place entre ces deux pôles. Selon qu’il s’agit de peindre un riche mécène ou le peintre lui-même, on assiste selon les époques, à l’expression d’un statut social, ou bien à celle d’une émotion ou d’un sentiment.

Avec les Impressionnistes, puis avec les cubistes, la forme et le style prennent définitivement le pas sur la recherche de  la ressemblance.

Au passage, M. Aujaleu nous a permis de prendre conscience de la différence entre portrait et allégorie. Dans le portrait, il doit toujours y avoir un personnage réel et identifié, que le peintre souhaite ou doit représenter. Dans le cas de l’allégorie, le peintre a pu utiliser un modèle réel ou non, mais son intention principale est d’illustrer une histoire indépendante du modèle.

Nous avons été captivés par les explications de notre guide, mais il faut bien dire que certains d’entre nous ont été tentés par un vagabondage artistique parmi les œuvres et les galeries de ce magnifique musée.

Un grand merci à M. Aujaleu qui confirme ainsi son titre de mentor de l’Atelier Photo de Clapiers.