L’Atelier fait son portrait


La prochaine exposition annuelle de l’Atelier Photo de Clapiers se tiendra les 1er et 2 février 2020, salle Dezeuze à l’Espace Jean Penso.

« L’autoportrait » est le thème sur lequel les photographes ont travaillé cette année. En même temps que le portrait, l’autoportrait est apparu à la Renaissance. Pratiquement chaque peintre s’est essayé à cet exercice. Les photographes l’ont poursuivi dès l’invention de la photographie.

C’est un exercice difficile (quelquefois éprouvant) pour un photographe de passer de l’autre côté de son objectif. Nous avons voulu éviter le trombinoscope ou la galerie de portraits compassés, tout autant que les selfies galvaudés. Aussi chacun a fait appel à sa créativité et à son imagination pour se mettre en scène soi-même, en fonction de sa sensibilité, de ses envies, de ses goûts, de ses activités… Confrontation avec son image, montages photo, reflets dans un miroir ou une vitrine, ombres projetées, expressions multiples, soi-même dans son environnement… Les photographes de l’APC ont multiplié les points de vue et espèrent, qu’au-delà de leur portrait, vous y retrouverez une petite partie de vous-même.
Comme chaque année, les photographes extérieurs à l’APC pourront concourir en présentant leur propre autoportrait. Le public pourra quant à lui voter pour sa photo préférée, parmi celles exposées.
L’exposition sera aussi l’occasion d’essayer le « studio éphémère » où chacun pourra se faire tirer le portrait, ou bien jouer au portrait-robot…

Entrée libre et gratuite

Programme provisoire
Vendredi 31 Janvier à 18 H 30 : Vernissage en présence du Maire
Samedi 1 Février de 10H à 17H 30: visite de l’exposition, studio éphémère, Minute Man (chambre photographique ancienne), sur inscription, Jeux autour de l’autoportrait

L’atelier a reçu Camille Seilles

Camille Seilles est une jeune photographe originaire de Jacou, qui a suivi l’Ecole des Arts dite du Septante cinq à Bruxelles : http://camilleseilles.com/a-propos/
Camille nous a présenté son portfolio, et nous avons apprécié sa sensibilité, sa finesse d’observation, tout autant que la qualité de ses tirages, puisqu’elle travaille principalement en moyen format et en argentique.
Elle a conduit plusieurs projets, qu’elle continue toujours à alimenter, sur la notion de famille. Ses projets portent principalement sur les familles confrontées à des situations éprouvantes (incarcération d’un des leurs, expulsion, enfants perdus…).  Ses reportages s’inscrivent dans la durée et reposent sur la création de liens de confiance avec les personnes, comme dans le projet Guru Tej, qui porte sur l’histoire d’un enfant atteint de surdité et dont la famille se trouve soudainement expulsée, après dix-sept ans passés en Belgique.

xxx Camille et sa petite valise en carton
En complément de son intervention en séance du Mardi, Camille a animé un atelier sur les liens familiaux le Samedi, de 9H à 16 H, pour une dizaine de volontaires motivés.
Chacun devait amener entre 5 et 10 photos de son choix autour de l’idée qu’il se fait de la famille. Les photos ont été tirées des albums de famille, des catalogues de photos numériques. Certains ont préféré utiliser des métaphores visuelles pour exprimer leur pensée de la notion de liens familiaux.
Partant de cet ensemble de photos, elle nous a fait découvrir sa méthode de sélection, basée sur l’utilisation d’une petite valise en carton ne pouvant permettre d’exposer que quelques photos, donc, obligeant chacun à une sélection raisonnée.  Puis, elle fait travailler le groupe pour nous aider à faire émerger, à partir de ces photos personnelles, une représentation partagée de la famille et des liens familiaux.  Le résultat est une petite exposition qui sera présentée lors de l’exposition annuelle de l’Atelier, en Février 2020.
Un repas pris en commun, puis une séance d’autoportraits ont permis de clôturer l’après-midi dans la créativité et la décontraction.

L’Atelier était présent aux Rencontres Régionales de la Photographie

Belle ambiance ce week-end dans la salle Jean-Moulin de Juvignac où se sont retrouvés des passionnés pour la 5ème édition « Des rencontres régionales de la photographie ».
Dès l’ouverture, les premiers visiteurs et les photographes des 18 clubs représentés ont pu déambuler en musique pour découvrir avec intérêt et une certaine émotion les 300 photos sélectionnées pour l’occasion.
La photo noir et blanc est toujours amplement représentée dans les thèmes du portrait, du paysage et des scènes de la vie quotidiennes. Dans la photo couleur, on note un retour de teintes saturées qui se sont invitées principalement dans les thèmes architecturaux et les compositions graphiques.
Le collectif des organisateurs (baptisé Collectif 300) a évalué le niveau artistique global équivalent à celui de l’édition précédente. Cela nous laisse donc une marge de progression pour les années à venir !

Prix_Collectif_D11-JJoffre-UAICF


Tout au long de ces deux journées le public est venu nombreux, sans doute près d’un millier de visiteurs, dont 800 se sont exprimés en votant pour désigner 2 lauréats : photo noir et blanc et photo couleur. Pour la première année le collectif des clubs a désigné son propre lauréat.

1er Prix Noir & Blanc

Martine Cohen-Bacry du club de l’image de Prades-le-Lez s’est distinguée avec 77 voix pour sa photo noir et blanc « Langueur hivernale »
En couleur, c’est la magnifique photo du cheval blanc à la carrière de Pixel Lux de Lattes, qui a remporté le 1° prix avec 31 voix.
Avec 15 photos présentées, l’Atelier Photo de Clapiers figurait en bonne place. Marie-Lise Amette a dignement porté nos couleurs avec ses danseurs suspendus, qui ont terminé 3° dans la catégorie Noir et Blanc, avec 27 voix, suivie par René Maitre avec 21 voix.

1er Prix couleur
3ème Prix Public Noir & Blanc

On observe donc, comme d’habitude, une grande dispersion des voix qui témoigne de  la difficulté pour le public à choisir deux photos parmi 300.  Cette dispersion a été plus forte pour la couleur que pour le noir et blanc, malgré (ou à cause ?) une participation plus grande du public pour cette catégorie. Un grand merci aux organisateurs du Collectif 300 ainsi qu’à la Mairie de Juvignac.
M.L. Amette et R. Lifran